Acteurs du projet

Le Pôle Bijou, historique et acteurs du projet

C’est en 2003 que naquit l’idée de fonder un Pôle Bijou à Baccarat. Suite à un plan social qui mettait en évidence la trop forte dépendance du territoire par rapport à Baccarat SA, et à l’initiative du Directeur Général de l’époque, il s’agissait de développer un projet qui permettrait de recréer de l’emploi et de redynamiser l’économie locale.

Le bijou étant un secteur porteur pour Baccarat SA, il semblait intéressant de l’explorer. L’objectif était alors de favoriser l’implantation des sous-traitants en capacité de se mettre au service des divers donneurs d’ordre régionaux.

De ce point de départ, et grâce à l’expertise des professionnels de la Préfecture et du CAPEMM (Comité d’Aménagement, de Promotion et d’Expansion de Meurthe-et-Moselle) un projet cohérent s’est construit autour de 4 composantes : l’économie, la valorisation, la formation et la Recherche & Développement. Projet ambitieux et structurant pour le territoire, il est porté par les Collectivités Territoriales.

C’est la labellisation par la Délégation Interministérielle à l’Accompagnement et à la Compétitivité des Territoires (DIACT) en Pôle d’Excellence Rural, intervenue en juillet 2006, qui a rendu le projet viable en apportant une part non négligeable de financements pour acquérir et rénover les locaux où développer les activités.

L’une des missions de l’Établissement Public Foncier de Lorraine est d’assurer la reconversion d’anciennes friches industrielles en réalisant, sous sa maîtrise d’ouvrage, des travaux de réhabilitation plus ou moins importants.

Cet établissement d’État dont le Conseil d’Administration est composé à 100% d’élus locaux (Conseil Régional, Conseils Généraux, CCI, Chambre des Métiers etc.) a donc géré la rénovation des bâtiments Taillerie et Galerie. Il a par ailleurs, sur ses fonds propres, apporté un financement de 14% de cette opération qui s’est déroulée du printemps 2007 à mai 2010, faisant intervenir 22 entreprises régionales et locales.

Depuis septembre 2006, le projet est devenu une réalité qui, à force d’actions (expositions, journées d’études, rencontres et concertations, stages et interventions de formation...), a lentement fait sa place dans le secteur professionnel, mais aussi évolué pour gagner en pertinence et en intérêt.

Ce projet est intégré dans une réflexion d’ensemble sur le territoire visant à mettre en place d’autres aménagements (réfection de rues, construction d’une traversée piétonnière pour relier les deux rives de la ville...) afin d’offrir une cohérence au développement.